Une personne qui est en mauvaise santé devrait-elle prendre une assurance sans examen médical?

Publié le 13 février, 2015 par Stéphanie Corbeil
dans : Assurance-vie à meilleur prix
11 commentaires

st_title='Une personne qui est en mauvaise santé devrait-elle prendre une assurance sans examen médical?'

Mise en situation

Il y a des gens qui commandent une pizza par téléphone en spécifiant d’ajouter des enveloppes de ketchup, demandent une pâte épaisse, un gros sac de frites, un extra bacon et un gros litre de Pepsi. Ils spécifient en plus au livreur d’arrêter au dépanneur pour acheter un paquet de cigarettes King Size, de passer sur le côté de la maison et de ne pas sonner. Supposons qu’une de ces personnes s’appelle Monsieur X.

Après avoir englouti son succulent repas et d’y ajouter un «beurk», Monsieur X se dirige vers sa télévision de 54 pouces tout dernier cri. Durant la soirée, en regardant un film acheté sur sa chaîne, la fringale lui prend et, quoi de mieux que deux rôties avec beaucoup de fromage Cheez Whiz et un grand verre de lait au chocolat.

L’assurance sans examen médical

assurance-vie-sans-questionnaire-medical

Étant en surpoids de 90 livres, Monsieur X voit tout à coup passer à la télévision une annonce pour souscrire une assurance vie sans examen médical à seulement 5 $ par semaine avec acceptation garantie.

Monsieur X se lève alors de son lazy boy et inscrit les mots «assurance vie» sur Google. Il voit apparaître en première position le site « www.soumissionassurancevie.ca ». Il décide de faire une soumission d’assurance vie en ligne en remplissant le formulaire sur le site. Le service à la clientèle répond à sa demande par courriel et effectue ensuite un suivi par téléphone pour s’assurer de la réception de la soumission.

Croyant qu’acheter une assurance vie est l’équivalent de commander une pizza médium garnie, Monsieur X raconte qu’il est en excellente santé. Puis, vient le moment de lui poser quelques questions. Ce dernier explique qu’il a eu un quadruple pontage, qu’il est encore fumeur et qu’il mesure 5 pieds 10 pouces avec un poids santé de 254 livres. Le service à la clientèle lui mentionne qu’il n’a droit qu’à une assurance sans examen médical. Il doit également payer une prime représentant le double d’une prime standard. Enfin, une restriction est ajoutée à l’assurance s’il décède dans les deux premières années. Ce dernier mentionne «ben voyons donc, c’est ben trop cher!».

Nous rappelons à Monsieur X que son poids et son quadruple pontage n’aident pas la cause et le fait qu’il continue de fumer démontre à quel point, pour un assureur, il ne prend pas soin de sa santé.

Mais attention, Monsieur X a des alliés! On entend pas loin derrière sa conjointe, Madame Y, crier sans arrêt «raccroche, c’est trop cher, raccroche, c’est trop cher, on va mettre le 75 $ par mois dans un placement à la Caisse, ça va être pas mal plus payant…»

Monsieur X a raccroché…

Question à répondre

Qu’en pensez-vous? Monsieur X aurait-il mieux fait de prendre l’assurance vie ou de placer l’argent?

st_title='Une personne qui est en mauvaise santé devrait-elle prendre une assurance sans examen médical?'

Commentaire(s)

  1. Michel Gagnon dit :

    Tout dépendant des besoins de chacun et du cas par cas. Certains favorisent une assurance temporaire plutôt que permanente et même encore. Est-il préférable de fournir un examen médical lors de la souscription pour en accélérer le processus de réclamation lors d’un accident et/ou d’ un décès? Et selon le cas, quelles en sont les préférences lors du choix du médecin concernant l’examen médical?

  2. Daniel Colas dit :

    Peut-être? Car avec la vie on ne sait jamais ce qu’elle nous réserve.

  3. Elias Bourkache dit :

    Comment une personne peut-elle juger qu’elle est en très mauvaise santé sans examen médical?

    • Geoffroy Lemonde ♦ Assurances | Placements dit :

      Ce n’est pas simple de répondre à cette question, car les objectifs, le niveau de vie familiale, les dettes importantes et les préoccupations des gens doivent être connus pour faire une planification adéquate de leurs besoins financiers. Je suggère donc une analyse des besoins financiers avant de recommander une solution.

      C’est possible que ce couple ait besoin d’épargner pour la retraite et c’est possible que leur sécurité financière ne soit pas adéquate advenant le décès prématuré de monsieur ou qu’un problème de santé l’empêche de gagner un revenu. Madame semble croire que son conjoint va vivre ou être en bonne santé, suffisamment longtemps pour accumuler les sommes qu’une assurance verserait en cas de décès ou invalidité. Quel monde idéal si tous les décès et les accidents étaient prévisibles, mais ce n’est pas le cas. Il suffit d’aller à l’urgence pour constater que la majorité des gens qui s’y trouvent ne pensaient pas avoir besoin d’être là seulement quelques heures avant de s’y retrouver.

      Si monsieur a 35 ans et qu’il épargne 75$/mois jusqu’à ses 65 ans, à un rendement moyen de 5,5%, par exemple, il aura mis de côté la somme de 27,000$ qui aura généré 39,819$ en intérêts. Les intérêts seront possiblement imposés en fonction du véhicule de placement qui a été choisi et l’argent restant pourra être versé à ses héritiers légaux après le prochain rapport d’impôt. Dépendant des comptes à payer, ce délai à recevoir l’héritage se fera sentir sans allègements et possiblement durant plusieurs mois.

      Les sommes provenant d’une assurance sont garanties selon les clauses du contrat, elles sont versées au bénéficiaire sans impôt à payer et le ou les bénéficiaires en profiteront généralement 30 jours après que le certificat de décès a été remis à l’assureur.

      Si monsieur a 35 ans et jugé en bonne santé selon les normes de l’assureur, il pourrait payer environ 75$ par mois (+/- 8$ dépendant des assureurs) pour un contrat d’assurance vie offrant une protection permanente de 100,000$, payable à ses bénéficiaires qui auront le plein montant même s’il avait seulement eu le temps de payer la première prime de 75$. Je ne connais pas de placements qui peuvent générer de tels montants pour si peu. Comme je disais au début de ma réponse, il faut connaitre et analyser les besoins avant de recommander une cette solution pour monsieur.

      Si j’étais madame, j’essayerais de convaincre monsieur de rencontrer un conseiller en sécurité financière qui est également un représentant en épargne collective pour faire une analyse de sa situation financière et se faire expliquer les meilleures solutions qui répondront à ses objectifs et ses préoccupations. L’assurance sans examen médical, ce n’est pas si noir et blanc somme solution, il faut étudier le dossier minutieusement.

      • Khalil Allioui dit :

        Très belle analyse Geoffroy.

        Pour répondre à la question de Elias, j’aimerais commencer par une mise en contexte.

        On peut avoir une assurance en se faisant évaluer ou non. Dépendamment de l’âge, du sexe et des habitudes de vie ou l’historique médical de la famille de la personne, l’assureur peut avoir besoin d’analyses de sang, de tests d’urine, de signes vitaux, etc., pour déterminer si la personne est assurable ou non. Si l’individu est en bonne santé (ex.: non fumeur), la protection lui coûtera moins cher qu’une personne avec le même sexe et les mêmes conditions mais fumeuse.

        Maintenant, imaginons que tu es en bonne santé et on te donne le choix, Elias, de prendre une assurance sans te faire évaluer et que tu vas avoir un tarif par défaut VS. prendre le temps de te faire évaluer et que la tarification se fera en fonction de ta santé, de tes habitudes de vie et que, au bout du tunnel, tu vas payer des primes réduites pendant 10, 20 ou 40 ans. Il est fort probable que tu vas prendre le temps de passer l’évaluation.

        Maintenant, imaginons que tu es en mauvaise santé et qu’on te donne le choix, Elias, de prendre une assurance sans te faire évaluer VS te faire évaluer. Toute chose étant égale par ailleurs, il est fort probable que tu vas prendre la première solution.

        Sachant que l’assureur détermine les primes que ses assurés devraient payer en fonction de son expérience client. Maintenant, projetons cette réflexion sur l’ensemble de la population. Cela va faire en sorte qu’à capital d’assurance égal, la protection sans examen médical coûterait plus cher qu’une protection avec l’évaluation.

        Pour conclure, quelle est la meilleur solution? Ça va dépendre de la situation de la personne, ses objectifs et ses préoccupations. Il est possible que, selon ces paramètres, l’individu n’a même pas besoin d’assurance vie.

        La meilleure façon de procéder serait de prendre contact avec un professionnel pour vous assister dans votre choix.

        • Elias Bourkache dit :

          Merci Khelil de nous avoir fait part de ton imagination débordante mais qui est complètement à l’opposé de ma façon d’aborder le sujet selon tes exemples, et mon vécu en est témoin. Si je suis bien ton raisonnement, je vais prendre le temps de me faire évaluer alors que je suis en excellente santé. Et, quand je commencerai à avoir des problèmes de santé, je zapperai l’évaluation pour prendre une assurance de manière subjective au moment où j’en ai le plus besoin pour une meilleure couverture???!!!! J’avoue que je perds le fil à chaque que je te relis…
          Ma toute 1ère question était rhétorique dans le sens où on ne peut pas s’auto-déclarer médecin si on est pas diplômé dans le domaine. Donc, ce n’est pas à soi-même de se décréter « peu malade », « malade » ou « très malade » sans un examen médical fait par un vrai médecin. Surtout que dans ce pays, tu ne peux même pas acheter un médicament contre les aphtes sans une ordonnance du dentiste!
          Je rejoins l’avis de Marc-André – qui nous fait l’éloge de son métier respectable – sur le fait qu’il y a pas mal de types d’assurance selon les besoins, les situations et les moyens des gens.

  4. Marc-André Hébert Briand dit :

    Premièrement, il est important de ne pas confondre l’assurance simplifiée ou sans examen avec l’assurance créance comme l’assurance vie de votre hypothèque ou votre assurance auto. L’assurance créance ne demandera généralement pas d’examen au départ mais fera son enquête d’assurabilité au décès ou à l’invalidité. Il n’en est pas question dans l’assurance simplifiée ou sans examen médicaux, car la tarification est faite en fonction du risque.

    Voici une situation où il pourrait être plus avantageux de prendre un produit à émission simplifiée ou sans examens médicaux.

    Une personne qui n’a jamais reçu de refus d’assurance dans le passé mais dont la situation de santé a changée pour être avantagée par une assurance sans examen médicale pour la raison suivante. La gamme de produits diffère selon la question suivante :

    Avez-vous déjà été refusé, surprimé ou accepté avec exclusion pour une demande d’assurance vie, invalidité, maladie grave ou de soins de longue durée?

    Avec le même état de santé, une personne qui répond oui à cette question aura moins de choix de protection qu’une personne qui aura répond non.

    Donc, une personne qui sait qu’elle sera refusé ou surprimé pourrait avoir avantage à prendre une protection avec peu de question médicale et sans examens pour éviter d’avoir un refus inscrit à son dossier d’assurance (MIB).

    Si au contraire, vous faites une demande d’assurance avec examen et que vous avez un refus, vous serai contraint de prendre quand même un contrat à émission simplifié mais vous paierez plus cher pour la même protection.

    Ce serait aussi le cas pour les gens qui ont un problème d’assurabilité temporaire comme une dépression récente, conduite avec facultés affaiblies dans la dernière année, etc. Vous paierez plus cher votre protection pour quelques années mais lorsque vous redeviendrez admissible à l’assurance avec examen, vous n’aurez pas de refus d’inscrit à votre dossier et ça va jouer en votre faveur.

    Dans tous les cas, un conseiller en sécurité financière saura vous guider en faisant l’analyse de vos besoins et en vous conseillant une protection sur mesure.

  5. Marie Eve turcotte dit :

    Vous m’avez bien fait rire, mais je suis sûr que ça existe encore des femmes qui pensent qu’elles l’ont l’affaire de cette manière.

    On reconnaît l’intelligence de quelqu’un par son degré de jugement…

    • Stéphanie Corbeil dit :

      Merci à vous, c’est gentil. Passez une belle journée! Nous avons vos coordonnées pour la rencontre. C’est noté.
      Merci de nous faire confiance,
      Stéphanie Corbeil

  6. Steeve daigle junior dit :

    Malheureusement, ce genre de personne existe encore. Ils pensent tout connaître et se foutent bien de la sécurité financière de leurs proches, soi-disant que l’assurance vie n’est pas bonne et ne paie jamais. Ces personnes appauvrissent la société par leurs attitudes et leur façon d’être.
    Une chance que c’est une minorité, think big or go home… thats it!

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs requis affichent un *

*

Accueil


Soumission en ligne pour Assurance-vie 50 ans et plus

ass vie
Demande de soumission
Prêt hypothécaire à assurer
Emprunteur
Mère
Père
Comparateur de prix auprès de 14 assureurs renommés dont :
  • Croix bleue
  • Desjardins
  • La Capitale
  • Manu Vie
  • Humania et
  • l'Industrielle Alliance.
Un seul appel

Composez le 1 877 399 0909, mentionnez votre code CLO340 et économisez !

Lors de la soumission, la communication sera sécurisée par Entrust.

S'assurer pour quel montant?

Évaluez vos besoins en assurance vie

Déterminez quel est le montant d'assurance vie
dont vous avez besoin pour protéger votre famille.

Évaluez vos besoins en assurance vie
Vous avez des questions sur votre assurance vie que vous détenez actuellement ?

Laissez-nous le plaisir de vous aider.

Obtenir de l'aide

Rechercher sur ce site

N'hésitez pas à communiquer avec le service à la clientèle au 1–866–370–7677
ou contactez-nous par courriel à contact@soumissionassurancevie.ca
pour nous faire part de vos questions.

S'assurer pour
quel montant?

Évaluez vos besoins en assurance vie

Déterminez quel est le montant d'assurance vie
dont vous avez besoin pour protéger votre famille.

Évaluez vos besoins en assurance vie